Ré-ensauvagement de l’écosystème des arts

Document de discussion sur la multidisciplinarité dans les arts au Canada

Auteur : 

Ce rapport, qui se fonde sur 11 études de cas d’artistes, de regroupements et d’organismes qui ont des pratiques multidisciplinaires au Canada, recense « les principales caractéristiques des démarches multidisciplinaires… pour améliorer et préserver leurs pratiques, leurs activités et leurs structures ». On y trouve également une description des principaux défis et principales possibilités de cette discipline.

Le rapport observe que la démarche des artistes multidisciplinaires « comprend, entre autres, le mélange de disciplines artistiques, d’art communautaire et socialement engagé, de pratiques artistiques autochtones et pluriculturelles, de technologies, de science, ainsi que le mixte de vocation lucrative et non lucrative. Ces artistes, collectifs et organisations se heurtent continuellement aux modèles de financement d’une autre époque et tributaires d’un système occidental de spécialisation disciplinaire. Ils se consacrent à des pratiques, projets et activités qui s’adressent à la société contemporaine différemment, se fondent sur des cultures et des traditions différentes, s’écartent des normes des disciplines ou se distinguent de quelque manière des formes reconnues de création, de production et de diffusion artistiques. »

Le rapport énumère sept caractéristiques d’une démarche artistique multidisciplinaire :

  • « Valoriser une approche dont la conception est inclusive ou multiple »
  • « Espace souple et polyvalent ou espaces multiples à des fins multiples »
  • Faire appel à de nombreuses compétences et stratégies pour organiser et soutenir leur carrière, y compris le besoin d’avoir « diverses sources de revenus »
  • « Expérimenter et explorer au-delà de leur champ de compétences, de formation ou d’expérience et de leur réseau »
  • « L’adaptation aux facteurs externes », qui « permet de mettre au point et de soutenir des pratiques, activités et structures de manière efficace »
  • « Présenter l’insolite »
  • Travailler avec les communautés afin de rendre « possible leur travail et leur viabilité quotidienne »

Les cinq principaux défis du travail multidisciplinaire sont :

  • Le « fardeau administratif »
  • « Avoir plus d’occasions et plus de reconnaissance et d’acceptation de leur travail et du travail de leurs collègues et de leurs pairs. Beaucoup croient que leurs pratiques sont mal comprises. »
  • L’incessante « difficulté d’adaptation des programmes de financement à leurs besoins »
  • Le besoin d’un meilleur accès à « des espaces polyvalents de création, production ou présentation »
  • La précarité (« comment prospérer quand survivre est difficile »)

L’art multidisciplinaire offre les possibilités suivantes :

  • Un accueil favorable de la part du public
  • L’ouverture des galeries et des centres d’artistes autogérés aux œuvres multidisciplinaires
  • Les occasions de collaborer avec de nouveaux collègues, de partager les responsabilités et d’encadrer d’autres artistes
  • Le début d’une reconnaissance plus générale des œuvres (p. ex. « le monde plus étendu des arts, celui du courant dominant, commence à saisir ce que nous faisons. »)
  • Un très fort sentiment d’appartenance à une communauté, notamment d’artistes en communion d’idées

L’auteure conclut sa réflexion en affirmant que les artistes multidisciplinaires peuvent être « des chefs de file naturels dans ce que l’on pourrait appeler le mouvement de ré‑ensauvagement des arts décrit ainsi : robuste, résilient, ouvert, expansif et décloisonné; rejetant les systèmes hérités et les normes des disciplines; résistant aux politiques institutionnelles régissant l’usage, les objectifs ou les résultats; à la reconquête de valeurs et de relations perdues, sous-représentées, absentes, hors normes ou singulières, et en créant de nouvelles; guidé par la curiosité; soutenu par l’ingéniosité; explorant de nouveaux cadres de travail; et (re) générant la vitalité... tout en s’ouvrant à des résultats incertains. »

Summary: 

Ce rapport, qui se fonde sur 11 études de cas d’artistes, de regroupements et d’organismes qui ont des pratiques multidisciplinaires au Canada, recense « les principales caractéristiques des démarches multidisciplinaires… pour améliorer et préserver leurs pratiques, leurs activités et leurs structures ». On y trouve également une description des principaux défis et principales possibilités de cette discipline. Le rapport observe que la démarche des artistes multidisciplinaires « comprend, entre autres, le mélange de disciplines artistiques, d’art communautaire et socialement engagé, de pratiques artistiques autochtones et pluriculturelles, de technologies, de science, ainsi que le mixte de vocation lucrative et non lucrative ».