Qui peut se permettre d’être artiste crève-la-faim?

La clé du succès pourrait être la tolérance au risque et non le talent (Who can afford to be a starving artist?)

Publié par : 

S’inspirant des résultats d’une foule de sondages surtout américains, ce reportage maintient qu’il y a « des indications troublantes d’une corrélation entre le statut socioéconomique et l’accès à une carrière artistique ».

Il cite en exemple une étude qui a conclu que « le revenu moyen du ménage des artistes au moment de leur enfance était le même que celui des enfants qui allaient devenir des chefs d’entreprise, des directeurs généraux et des ingénieurs, soit au-dessus du 60e percentile du revenu des ménages ». Les résultats d’un autre sondage indiquent que la proportion d’artistes dont la mère était titulaire d’un diplôme universitaire était la plus élevée parmi les 23 catégories professionnelles étudiées. La proportion d’artistes dont le père était titulaire d’un diplôme universitaire est la troisième plus élevée des 23 catégories.

Ce reportage explore la dimension humaine du risque et maintient que « le chemin de l’artiste est truffé de risques » attribuables à la longue période de gestation d’une carrière artistique, le coût élevé des occasions, l’extrême variabilité des revenus et la forte possibilité de se retrouver en situation professionnelle autonome. Les auteurs se demandent si les personnes moins fortunées évitent « de devenir artistes à cause de ce qui pourrait se produire si [le choix de carrière] s’avérait infructueux ».

Les auteurs conviennent de « ne pas avoir encore trouvé de données probantes indiquant que le risque décourage les personnes de milieux défavorisés de poursuivre une carrière artistique [mais nous] savons que si les arts et l’entrepreneuriat demeurent des chasses gardées des gens privilégiés, notre société n’en sera que plus pauvre ». Ils recommandent de nouvelles études sur « les programmes d’aide sociale à l’intention des artistes », « des mesures de soutien ciblant les artistes les moins fortunés » et « de nouveaux systèmes pouvant soutenir les professionnels [des arts] en dissociant la réussite d’une distribution inéquitable du risque ».

Summary: 

S’inspirant des résultats d’une foule de sondages surtout américains, ce reportage maintient qu’il y a « des indications troublantes d’une corrélation entre le statut socioéconomique et l’accès à une carrière artistique ».