Profil des acheteurs de livres et de revues au Canada en 2008

Croissance des achats de livres et baisse importante des achats de revues entre 2001 et 2008

Ce rapport présente une analyse détaillée des Canadiens qui achètent des livres ou des revues. Les données sont tirées de l'Enquête sur les dépenses des ménages de Statistique Canada, un questionnaire sur les habitudes de dépenses de 9 787 ménages canadiens.

Les ménages canadiens ont dépensé en moyenne 106 $ par année pour des livres

Les consommateurs ont dépensé 1,403 milliard de dollars pour des livres en 2008, ce qui représente une moyenne de 106 $ par ménage, le pays comptant 13,2 millions de ménages. Environ la moitié des ménages canadiens (47 %) ont acheté des livres au cours de cette année. Ces derniers ménages ont dépensé en moyenne 226 $ chacun.

Les ménages canadiens ont dépensé en moyenne 47 $ par année pour des revues

Les consommateurs ont dépensé 623 millions de dollars pour des revues et périodiques en 2008, soit 47 $ en moyenne par ménage. Un peu moins de la moitié (46 %) des ménages canadiens ont acheté des revues et périodiques au cours de cette année. Ces derniers ménages ont dépensé en moyenne 104 $ chacun.

Croissance des dépenses pour des livres entre 2001 et 2008

Après correction pour l'inflation, les dépenses de consommation au chapitre des livres ont progressé de 9 % entre 2001 à 2008 (de 1,287 à 1,403 milliard de dollars). Les autres indicateurs clés des dépenses pour des livres sont restés stables entre 2001 et 2008.

On a dépensé beaucoup moins pour des revues en 2008 qu'en 2001

Après correction pour l'inflation, les dépenses de consommation pour les revues et les périodiques ont baissé de 22 % entre 2001 et 2008 (de 801 à 623 millions de dollars). En 2001, 54 % des ménages canadiens ont déclaré avoir acheté des revues et des périodiques mais seulement 46 % des ménages le faisaient encore en 2008.

Le niveau d'études, le revenu et la province sont les principaux facteurs démographiques à l'œuvre dans l'achat de livres et de revues.

Le niveau d'études, le revenu du ménage ainsi que la province et la taille de l'agglomération de résidence sont les quatre facteurs démographiques qui sont en forte corrélation avec les achats de livres. Le revenu, le niveau d'études et la province sont les principaux facteurs démographiques corrélés avec l'achat de revues.

Les acheteurs de livres et de revues sont des participants culturels actifs

Les acheteurs de livres et de revues participent activement à une foule d'activités culturelles dans leurs collectivités. Le rapport indique qu'il y a beaucoup de recoupements entre les acheteurs de livres, de revues ou d'œuvres d'art et les personnes qui dépensent pour aller au musée ou pour assister à des spectacles sur scène, à des événements sportifs ou à des films. Les ménages qui dépensent pour ces dernières activités ont beaucoup plus tendance à acheter des livres et des revues que la moyenne canadienne. Ces résultats ont des conséquences pour le marketing dans la mesure où les stratégies de marketing de livres et de revues pourraient cibler d'autres participants culturels.

Plus de détails dans le rapport complet

Le rapport complet, disponible ci-dessous, contient beaucoup plus de détails au sujet des variations des dépenses des ménages selon le niveau d'études, le revenu, l'âge, le sexe, la présence (ou l'absence) d'enfants dans le ménage, la taille du ménage, l'incapacité, la situation rurale et urbaine et la province.

Rapport complet
Résumé / autres ressources
PreviewAttachmentSize
Sommaire (5 pages)122.36 KB