Pris entre deux : portrait de quatorze créateurs de danse en milieu de carrière à Toronto

(Stuck in the Middle: A story about fourteen mid-career dance creators in Toronto)

Numéro : 

Préparé pour l'Alliance of Mid-Career Dance Creators par Shannon Litzenberger, ce rapport propose un examen des défis, des besoins et des possibilités d'un groupe de créateurs de danse contemporaine en milieu de carrière à Toronto. Basé sur un sondage détaillé de 14 danseurs-chorégraphes, le rapport observe que ces danseurs en milieu de carrière ont en moyenne 39 ans, comptent 18 ans d'expérience professionnelle et gagnent en moyenne environ 18 000 $ par année.

Ces artistes tirent environ trois quarts de leurs revenus des activités connexes à la danse. Leur travail ne peut être accompli sans une contribution importante d'heures bénévoles de leur part. Ils passent moins de la moitié de leur temps à des activités artistiques et doivent se consacrer plutôt à des préoccupations d'ordre administratif et communautaire.

La majorité des artistes travaillent sur la base de projets (ou de cycles), embauchant de nombreux autres collaborateurs pour créer et produire leurs œuvres : 194 personnes ont été payées un total de plus de 350 000 $ en salaires et traitements au cours des derniers cycles de projets de ces artistes. La plupart des artistes sondés sont assez bien connus à Toronto mais beaucoup moins à l'extérieur de la capitale ontarienne.

Les danseurs comptent beaucoup sur le financement public, qui constitue 59 % des recettes de leurs projets. Bon nombre des artistes interviewés font état de difficultés à collecter des fonds auprès du secteur privé, notamment à cause « d'un manque d'expérience en collecte de fonds, de l'absence de portée ou d'envergure pour assurer de véritables incitatifs aux donateurs ou commanditaires et du décalage entre les créateurs et les particuliers ou communautés de supporteurs possibles ».

Établir des contacts avec des diffuseurs de danse et développer des publics figurent parmi les autres défis. Venant confirmer les conclusions de Habitudes de dépenses pour les arts de la scène au Canada en 2008, un rapport récent de Hill Stratégies, le rapport de l'Alliance indique que les publics cibles des danseurs « sont le plus souvent des publics qui s'intéressent aux activités artistiques dans un grand nombre de disciplines comme la musique contemporaine, le théâtre et les arts visuels ».

Les artistes de la danse affirment avoir deux besoins clés pour la prochaine étape de leur carrière :

  • Le besoin de « développer leurs marchés et de trouver des occasions additionnelles de présenter leurs travaux ». Les artistes doivent « développer et susciter de nouveaux marchés pour la danse contemporaine ».
  • Le besoin de « trouver et de développer une infrastructure administrative et organisationnelle appropriée pour faciliter leurs activités artistiques ». De fait, tous les artistes sondés affirment « que leur capacité administrative actuelle doit augmenter pour soutenir leurs activités artistiques ».

Le rapport conclut que les « artistes [de la danse] semblent pris dans une situation où c'est le modèle même dans lequel ils évoluent qui nuit à leur avancement ». En voulant se conformer aux préceptes d'un modèle d'entreprise sociale à but non lucratif, « les artistes se sont évertués de tout « bien faire » à maintes reprises, ce qui les a mené vers un modèle de travail parfaitement insoutenable caractérisé par des salaires médiocres, l'isolement, des sacrifices personnels considérables et un minimum de possibilités d'avancement ».

Ce rapport formule quatre principales recommandations :

  • Travailler avec des spécialistes des affaires « afin d'explorer des structures commerciales viables axées sur le soutien des activités de base de l'artiste ».
  • Explorer des modèles de travail en collaboration, possiblement en partageant des activités artistiques et administratives.
  • Développer les milieux de la danse à Toronto en bâtissant « des partenariats à tous les paliers de l'infrastructure et à toutes les phases de carrière afin de promouvoir et de relever le profil de la danse à Toronto ».
  • Engager un « dialogue avec les bailleurs de fonds du secteur public, les supporteurs du secteur privé et les diffuseurs sur l'alignement possible des valeurs afin de favoriser un environnement et un milieu de travail fluide et viable ».
Summary: 

Ce rapport propose un examen des défis, des besoins et des possibilités d'un groupe de créateurs de danse contemporaine en milieu de carrière à Toronto. Basé sur un sondage détaillé de 14 danseurs-chorégraphes, le rapport observe que ces danseurs en milieu de carrière ont en moyenne 39 ans, comptent 18 ans d'expérience professionnelle et gagnent en moyenne environ 18 000 $ par année.

Legacy ID (artUID): 
50681