Organismes d’arts médiatiques au Canada

Faits saillants sur les arts tirés des données CADAC de 2013

Publié par : 

Un résumé accompagne deux rapports plus étoffés qui examinent la situation de 49 diffuseurs d’arts médiatiques et de 45 centres de production d’arts médiatiques « qui reçoivent des subventions récurrentes de la part du Service des arts médiatiques du Conseil des arts du Canada », en se fondant sur une analyse des données financières et statistiques déclarées au CADAC (Canadian Arts Data/Données sur les arts au Canada). Une des forces des données CADAC tient au fait que les données financières des organismes « sont conciliées avec les données des états financiers présentés par les organismes artistiques ». L’envers de la médaille, c’est que les données non financières, elles, « ne sont pas validées et représentent ce qui est rapporté par les organisations et peuvent inclure des dénombrements doubles. » De plus, « le Québec n’est pas un partenaire du CADAC », bien que les organismes établis au Québec qui reçoivent du financement permanent du Conseil des arts du Canada sont inclus dans les données.

Pour les 49 diffuseurs d’arts médiatiques, le total des revenus s’élevait à 81,6 millions de dollars en 2013. Les revenus du secteur privé et les revenus gagnés représentent les parts les plus importantes des revenus (38 % et 36 %, respectivement), suivi des revenus du secteur public (26 %). La croissance de 44 % des revenus au cours des cinq années précédentes est attribuable aux revenus gagnés et non aux revenus provenant des secteurs public et privé.

Les 49 diffuseurs ont déclaré un déficit cumulatif collectif de 1,8 million de dollars en 2013. Le ratio du fonds de roulement était de 0,96, ce qui est légèrement supérieur au ratio de tous les types d’organismes qui déclarent des données au CADAC (0,92). Le ratio donne une indication de « la capacité d’un organisme à respecter ses obligations de paiement lorsqu’elles doivent être acquittées. En général, plus le chiffre est élevé, plus la flexibilité financière de l’organisme est grande. »

Le rapport comprend deux références spécifiques se rapportant aux dépenses de marketing et de collecte de fonds des diffuseurs. Pour chaque dollar dépensé en activités de marketing, les 49 diffuseurs ont récolté en moyenne 1,35 $ en revenus gagnés. Pour chaque dollar consacré aux collectes de fonds, les organismes ont obtenu 4,48 $ en revenus du secteur privé.

Les diffuseurs ont présenté 4 571 artistes « dans 19 074 projections de films, de vidéos et de médias attirant plus de 1,4 million de spectateurs ». Parmi les artistes qui ont reçu des cachets des diffuseurs, 71 % étaient du Canada.

Le total des revenus des 45 producteurs des arts médiatiques a atteint 81,6 millions de dollars en 2013. L’apport du secteur public constitue environ deux tiers de ce total (63 %), suivi des revenus gagnés (30 %) et des revenus du secteur privé (7 %). Bien que le total des revenus soit demeuré stable au cours des quatre années précédentes, les revenus gagnés ont représenté une part accrue du total des revenus (21 % en 2009 et 30 % en 2013). En guise de contraste, les revenus du secteur public ont reculé, passant de 74 % du total des revenus en 2009 à 63 % en 2013.

Collectivement, les 45 producteurs ont déclaré un excédent cumulatif de 5 millions de dollars en 2013, avec un ratio de fonds de roulement de 1,20, ce qui est plus élevé que le ratio de tous les types d’organismes qui déclarent des données au CADAC (0,92).

Du côté des producteurs d’arts médiatiques, les montants de référence des dépenses de marketing et de collecte de fonds sont inférieurs à ceux des diffuseurs. Pour chaque dollar dépensé pour des activités de marketing, les 45 producteurs n’ont récupéré en moyenne que 0,42 $ en revenus gagnés. Pour chaque dollar consacré aux collectes de fonds, ils ont retiré 3,20 $ en revenus du secteur privé.

Les producteurs ont présenté plus de 2 500 artistes en 2 780 projections locales de films, de vidéos et de médias, et ils ont attiré 109 000 spectateurs. Parmi les artistes qui ont reçu des cachets des producteurs, 90 % d’entre eux étaient du Canada.

Dans les deux types d’organismes d’arts médiatiques, environ la moitié ou plus des budgets de fonctionnement étaient consacrés à des salaires et à des cachets professionnels. Seule une minorité d’emplois dans les organismes d’arts médiatiques sont à temps plein (diffuseurs : 22 % et producteurs : 39 %). Chez les 49 diffuseurs, « 8 557 bénévoles ont collectivement consacré plus de 249 461 heures de leur temps », tandis que les 45 producteurs ont attiré 2 752 bénévoles, qui ont contribué plus de 72 000 heures.

Summary: 

Un résumé accompagne deux rapports plus étoffés qui examinent la situation de 49 diffuseurs d’arts médiatiques et de 45 centres de production d’arts médiatiques « qui reçoivent des subventions récurrentes de la part du Service des arts médiatiques du Conseil des arts du Canada », en se fondant sur une analyse des données financières et statistiques déclarées au CADAC (Canadian Arts Data/Données sur les arts au Canada).