Nouveaux modèles d’organismes d’arts visuels et l’engagement social

(New Model Visual Arts Organisations & Social Engagement)

Basée sur une analyse documentaire, un examen des mandats de quatre organismes, une observation directe et des entrevues semi-structurées, cette étude examine comment des organismes d'arts visuels engagés au plan social au Royaume-Uni « sont des vecteurs de changement chez les individus et dans les collectivités ». Le rapport avance que les organismes d'arts visuels engagés, qui ont des missions sociales et civiques robustes, des philosophies cohérentes d'engagement et un but précis, « ont un rôle clé à jouer si l'on veut que les arts soient au centre de la société civile ».

Les chercheurs décrivent quelques aspects clés des pratiques artistiques engagées des quatre organismes d'arts visuels, y compris l'expérimentation et la diversité. Les organismes produisent souvent « des œuvres originales audacieuses, caractérisées par une attention au processus et un souci d'une orientation sociale ». Ils sont également très impliqués dans la collaboration, la participation, le dialogue, la provocation et des expériences immersives, « s'impliquant avec les gens en tant qu'êtres sociaux » et stimulant « de nouvelles formes de connectivité ».

Les organismes insèrent souvent « l'art dans les situations quotidiennes », démontrant ainsi « que l'art engagé a un potentiel considérable de revitaliser le rôle public de l'art et d'inclure les publics de cultures marginales ». Ils ont également tendance à placer « les préoccupations et les enjeux locaux dans le contexte du développement mondial et à créer des occasions d'échanges culturels, de métissage et de connectivité ».

Les organismes d'arts visuels engagés s'intéressent également à l'innovation et aux pratiques éthiques : « Le travail qui crée un impact soutenu réconcilie les tensions entre les pratiques éthiques et les résultats esthétiques et maintient activement un environnement propice au travail. » Deux autres enjeux sont la paternité des œuvres et la participation : « les frontières entre les artistes, les commissaires et les publics sont [parfois] transgressées et le point de contrôle artistique peut basculer entre ces personnes. »

Le rapport indique que « les projets qui produisent un changement durable sont souvent intensifs et ils exigent du temps. Leur impact se fait sentir lentement, il est diffus, complexe et difficile à mesurer. » Les chercheurs observent également que les effets complexes des efforts des organismes peuvent « mettre du temps à se diffuser, notamment, l'influence sur les pratiques professionnelles dans d'autres domaines ; les croisements avec d'autres secteurs d'activités économiques et sociales ; les effets durables à long terme sur les collectivités ; et les processus de changement personnel au fil du temps. »

Les chercheurs concluent que les efforts des organismes d'arts visuels engagés exigent un soutien et un financement des politiques afin de mettre en place une « pratique transformative » qui comporte « la création de nouvelles formes partagées d'expression du sentiment individuel et collectif tout en conservant une conscience critique ».

Summary: 

asée sur une analyse documentaire, un examen des mandats de quatre organismes, une observation directe et des entrevues semi-structurées, cette étude examine comment des organismes d'arts visuels engagés au plan social au Royaume-Uni « sont des vecteurs de changement chez les individus et dans les collectivités ». Le rapport avance que les organismes d'arts visuels engagés, qui ont des missions sociales et civiques robustes, des philosophies cohérentes d'engagement et un but précis, « ont un rôle clé à jouer si l'on veut que les arts soient au centre de la société civile ».

Legacy ID (artUID): 
50820