Méthodologie de la participation aux arts : des enquêtes ou d’autres instruments de mesure ?

Compte rendu du symposium Measuring Cultural Engagement amid Confounding Variables

Dans un environnement multitâche numérique de convergence médiatique (où l’attention de la plupart des gens est rarement concentrée sur une seule tâche), est-ce que les enquêtes sur la participation aux arts peuvent tracer un portrait exact des activités des gens ? Certains participants ont maintenu qu’il n’y a aucun besoin de faire des sondages pour observer des comportements, mais que seule une enquête pouvait révéler les attitudes, les pensées et les émotions. D’autres ont avancé que s’il n’y avait pas de grandes enquêtes de référence, notre compréhension de la participation culturelle serait considérablement appauvrie.

Un participant a soutenu que la pire menace qui pesait sur les enquêtes n’était pas tellement la qualité des mesures, mais plutôt le coût d’obtenir la participation d’un assez grand nombre de personnes. On a mis en doute la volonté du public de participer à des sondages.

Les données collectées ne sont jamais neutres, a-t-on rappelé aux participants. Un examen des taux de participation peut avoir une intention bien différente si l’on se base sur un sondage ou sur l’assistance selon le nombre d’entrées vendues.

Certains conférenciers ont exposé leurs méthodes de recherche mixtes, estimant qu’un mélange de techniques quantitatives et qualitatives était le mieux en mesure de fournir une image plus englobante et précise de l’engagement culturel. À leur avis, la recherche qualitative peut révéler comment la participation culturelle forme une communauté.

Un conférencier a maintenu que le principal défi n’est pas tellement méthodologique, mais plutôt au niveau des relations structurelles et des politiques.

Summary: 

Dans un environnement multitâche numérique de convergence médiatique (où l’attention de la plupart des gens est rarement concentrée sur une seule tâche), est-ce que les enquêtes sur la participation aux arts peuvent tracer un portrait exact des activités des gens ? Certains participants ont maintenu qu’il n’y a aucun besoin de faire des sondages pour observer des comportements, mais que seule une enquête pouvait révéler les attitudes, les pensées et les émotions. D’autres ont avancé que s’il n’y avait pas de grandes enquêtes de référence, notre compréhension de la participation culturelle serait considérablement appauvrie.