Les effets sociaux de la culture : statistiques exploratoires

Publié par : 

Bien que le rapport WolfBrown examine les effets intrinsèques d'un seul spectacle, ce rapport se penche sur les grands effets sociaux des activités culturelles chez les particuliers. Le rapport examine les rapports entre quatre activités culturelles (la lecture de livres, l'assistance aux spectacles, les visites de galeries d'art et la fréquentation du cinéma) et certains phénomènes sociaux, dont le bénévolat, les dons, les relations de voisinage, le sentiment d'appartenance et la qualité de vie.

Les données proviennent de l'Enquête sociale générale de 2005 de Statistique Canada. Un total de 9 851 répondants ont été interrogés sur leurs activités culturelles et patrimoniales en 2005.

Dans ce rapport, par « participant aux activités culturelles », on entend quiconque a lu au moins un livre, assisté à au moins un spectacle, visité au moins une galerie d'art ou vu au moins un film au cinéma, en 2005. C'est là un seuil minimal de participation culturelle, et, qui plus est, certaines activités dont il s'agit sont dépourvues d'objectif social manifeste. Par conséquent, leurs effets sociaux sont probablement moindres que ceux d'activités artistiques possédant un objectif social manifeste.

Comme il y a une foule d'autres facteurs susceptibles de jouer un rôle important dans les indicateurs sociaux sur lesquels se penche ce rapport, le rapport ne se prétend nullement décisif. Cependant, certains chiffres qu'il cite témoignent de rapports entre certaines activités culturelles et un engagement social positif.

Les amateurs de spectacles ont des indicateurs positifs d'engagement social :

  • La proportion d'amateurs de spectacles qui font du bénévolat pour des organismes sans but lucratif (48 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui ne vont pas au spectacle (28 %).
  • La proportion d'amateurs de spectacles qui donnent de l'argent ou des articles à des organismes sans but lucratif (88 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui ne vont pas au spectacle (71 %).
  • 73 % des amateurs de spectacles (comparativement à 67 % de ceux qui ne vont pas au spectacle) ont déclaré avoir rendu service à un de leurs voisins au cours du dernier mois.
  • Les amateurs de spectacles sont moins nombreux que ceux qui ne vont pas au spectacle à se sentir pris dans une routine quotidienne (33 % pour les premiers, comparativement à 38 % pour les seconds).

En général, le mélange d'observations positives et neutres concernant les amateurs de spectacles peut être pris comme une preuve, encore qu'assez mince, d'une corrélation entre l'assistance aux spectacles et l'engagement social. Il faut noter que la définition des arts de la scène de ce rapport est assez englobante, puisqu'elle comprend la musique populaire et classique, le théâtre, la danse et l'opéra.

Pour beaucoup d'indicateurs sociaux, on observe un engagement social plus prononcé chez les visiteurs de galeries d'art que chez ceux qui n'en visitent pas. Plus précisément, la proportion de visiteurs de galeries d'art qui font du bénévolat pour des organismes sans but lucratif (50 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui n'en visitent pas (31 %). La proportion de visiteurs de galeries d'art qui donnent de l'argent ou des articles à des organismes sans but lucratif (87 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui n'en visitent pas (73 %). Soixante-seize pourcent des visiteurs de galeries d'art (comparativement à 67 % de ceux qui n'en visitent pas) ont déclaré avoir rendu service à un de leurs voisins au cours du dernier mois. Cinquante-et-un pourcent des visiteurs de galeries d'art éprouvent un sentiment d'appartenance très fort vis-à-vis du Canada, comparativement à 45 % de ceux qui n'en visitent pas. Les visiteurs de galeries d'art sont moins nombreux que ceux qui n'en visitent pas à se sentir pris dans une routine quotidienne (30 % pour les premiers, comparativement à 38 % pour les seconds).

De façon semblable, on observe un engagement social plus prononcé chez les lecteurs de livres que chez ceux qui n'en lisent pas pour beaucoup d'indicateurs sociaux. Plus précisément, la proportion de lecteurs de livres qui font du bénévolat pour des organismes sans but lucratif (42 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui n'en lisent pas (25 %). La proportion de lecteurs de livres qui donnent de l'argent ou des articles à des organismes sans but lucratif (82 %) est beaucoup plus élevée que celle qu'on observe chez ceux qui n'en lisent pas (66 %). Soixante-onze pourcent des lecteurs de livres (comparativement à 65 % de ceux qui n'en lisent pas) ont déclaré avoir rendu service à un de leurs voisins au cours du dernier mois. Quarante-neuf pourcent des lecteurs de livres éprouvent un sentiment d'appartenance très fort vis-à-vis du Canada, comparativement à 42 % de ceux qui n'en lisent pas. Les lecteurs de livres ont moins de chances d'être des bourreaux de travail que ceux qui n'en lisent pas (22 % pour les premiers, comparativement à 31 % pour les seconds).

Étant donné le mélange d'observations positives, neutres et négatives concernant les cinéphiles, la preuve d'une corrélation entre la fréquentation du cinéma et l'engagement social semble pour ainsi dire inexistante.

Summary: 

Ce rapport se penche sur les grands effets sociaux des activités culturelles chez les particuliers. Le rapport examine les rapports entre quatre activités culturelles (la lecture de livres, l'assistance aux spectacles, les visites de galeries d'art et la fréquentation du cinéma) et certains phénomènes sociaux, dont le bénévolat, les dons, les relations de voisinage, le sentiment d'appartenance et la qualité de vie.

Legacy ID (artUID): 
50458