Les danseurs et chorégraphes québécois

Portrait des conditions de pratique de la profession de la danse au Québec, 2010

Numéro : 

Ce rapport examine la condition des quelque 650 danseurs et chorégraphes du Québec, en se basant sur une enquête auprès des membres et des postulants du Regroupement québécois de la danse, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts de Montréal et de la Table de la danse traditionnelle, ainsi qu'auprès de danseurs et de chorégraphes qui travaillent pour de grandes compagnies de danse et de cirque du Québec.

L'enquête a constaté que le revenu personnel moyen des danseurs du Québec est de 27 400 $. Toutefois, le revenu net (c'est-à-dire, après leurs dépenses) tiré des activités de danse n'était que de 9 300 $. En moyenne, les danseurs québécois consacrent 48 % de leur temps à des activités de danse professionnelle. Le rapport observe que le travail non rémunéré « constitue un aspect majeur de leurs conditions de pratique ».

Un peu plus d'un tiers des danseurs et chorégraphes du Québec (38 %) ont participé à moins de deux productions artistiques par année, tandis qu'un nombre comparable (37 %) a participé à au moins quatre productions par année. Les derniers 25 % participent à deux ou trois productions par année.

L'enquête a constaté qu'une proportion importante de danseurs et de chorégraphes du Québec (42 %) souffre de douleurs chroniques à cause d'une blessure liée à la danse.

Environ trois quarts des danseurs et chorégraphes du Québec sont des femmes (73 %), et la moitié de tous les danseurs ont moins de 35 ans. Plus de la moitié (54 %) des danseurs et chorégraphes du Québec sont titulaires d'un diplôme universitaire, et près de quatre sur cinq habitent sur l'île de Montréal (79 %).

Le rapport se base sur le revenu tiré d'un travail artistique ainsi que sur les renseignements sociodémographiques et professionnels pour proposer une typologie de six catégories de danseurs et de chorégraphes :

1. Le « danseur occasionnel », soit 28 % de tous les danseurs au Québec, a un travail principal autre que la danse. Cette catégorie est massivement féminine.

2. Les danseurs « en gestation » (16 % de tous les danseurs) sont au début de leur carrière artistique. Ils tirent un très faible revenu de leurs activités de danse.

3. Les danseurs « en développement » représentent 25 % de tous les danseurs au Québec. Ces jeunes artistes consacrent environ la moitié de leur temps de travail à la danse et en tirent l'essentiel de leur revenu.

4. Les danseurs « à temps plein » (12 % de tous les danseurs) arrivent à vivre (« modestement ») de leur art. Bien que ce groupe ait la plus forte proportion d'hommes, les femmes y sont tout de même majoritaires (58 %).

5. Les danseurs « établis » (11 %) ont de nombreuses années d'expérience et participent à beaucoup de productions artistiques chaque année.

6. Les danseurs « confirmés », un groupe composé en grande partie de chorégraphes, ont un revenu personnel relativement élevé, mais ils ne constituent que 8 % de tous les danseurs.

Summary: 

Ce rapport examine la condition des quelque 650 danseurs et chorégraphes du Québec. L'enquête a constaté que le revenu personnel moyen des danseurs du Québec est de 27 400 $. Toutefois, le revenu net (c'est-à-dire, après leurs dépenses) tiré des activités de danse n'était que de 9 300 $.

Legacy ID (artUID): 
50793