Le point sur les façons dont les arts améliorent la vie

(Everything We Know About Whether and How the Arts Improve Lives)

Publié par : 

Cet article, un dossier ouvert d’un groupe de recherche américain sur la culture, évalue et résume les preuves des bienfaits des arts chez les personnes. Les chercheurs examinent quatre aspects des données probantes des études : la santé physique et mentale, l’apprentissage et le développement personnel, la vitalité économique et la cohésion sociale. Tout en reconnaissant que les études actuelles ne sont pas définitives, les chercheurs concluent que « la participation aux arts améliore réellement les vies ».

L’article fait les observations suivantes au sujet de la santé physique et mentale :

  • « La participation à des activités artistiques améliore la santé physique et mentale des personnes âgées et dans certains cas, elle réduit la probabilité de démence en fin de vie. »
  • « Les thérapies artistiques contribuent à des résultats cliniques positifs comme la réduction de l’anxiété, du stress et de la douleur chez les malades. »
  • Hors des milieux hospitaliers, « les activités artistiques communautaires contribuent probablement à de bonnes habitudes de vie et à une meilleure compréhension de la santé ».
  • « Les données probantes les plus convaincantes et constantes des effets des arts sur la santé sont dans le domaine de la santé mentale, notamment, en atténuant la dépression et l’anxiété. »
  • « Bien qu’il soit encore difficile d’affirmer l’existence d’un lien de causalité, la participation aux arts et aux activités culturelles améliore probablement le bonheur ou le plaisir que l’on déclare prendre à la vie. »

Du côté de l’apprentissage et du développement personnel, l’article observe que « somme toute, les données probantes suggèrent que l’impact des arts et de la culture sur le bien-être psychologique est constant tout au long de la vie, et ce, dès les toutes premières années ». Voici quelques autres constatations des études à cet égard :

  • « La participation aux arts dès les premières années (de la naissance à huit ans) favorise le développement social et affectif. »
  • « En 2010, un examen systématique de la base de données CASE sur les données probantes de la culture et du sport au Royaume-Uni avait conclu que la participation à des “activités artistiques structurées” pouvait augmenter le rendement des jeunes sur une série d’indicateurs de capacités cognitives et sociales. »
  • « Il y a de bonnes raisons de croire que les programmes d’éducation artistique ont un impact disproportionné sur les enfants de familles à faible revenu. »
  • Toutefois, quant aux tests standardisés, « les données probantes d’un grand nombre d’études suggèrent que même s’ils ont un effet positif, cet effet est si faible qu’il est insignifiant à toutes fins utiles. »
  • « Un des grands désavantages de cet ensemble de recherche est la pénurie d’études longitudinales. »

L’article se montre moins confiant lorsqu’il aborde les résultats des études sur la vitalité économique et la cohésion sociale : « les études sur les impacts économiques et sociaux des arts ne présentent pas des données probantes aussi convaincantes des bienfaits pour la société ». Se penchant sur les études de l’impact économique, l’article indique que « le secteur des arts crée des emplois, mais c’est aussi ce que font tous les autres secteurs économiques. La question qu’il faut se poser est : “est-ce que les arts encouragent des dépenses dans l’économie qui n’auraient pas eu lieu autrement?” Les données probantes pour une telle proposition plus ambitieuse sont partagées. »

L’article estime que les données probantes en matière de cohésion sociale sont « plus confuses » que les résultats sur la vitalité économique. Les problèmes comme l’absence de vérification de contre-hypothèses possibles (p. ex. « qu’un trait de personnalité courant ou un ensemble de valeurs est à l’origine de l’intérêt pour les arts et d’un comportement citoyen ») et l’absence de « groupes témoins, faisant qu’il est difficile d’en tirer des conclusions définitives ».

Les chercheurs notent que l’article tente de recenser « les effets généraux sur une population générale. Il est probable que pratiquement, il y a beaucoup de variation entre les disciplines, entre les différents modes de participation artistique, et entre les participants (de différents types de personnalité). Nous pouvons déjà dire, par exemple, que la musique est l’intervention la plus étudiée et celle qui semble avoir les donnes probantes les plus solides à son appui. »

Summary: 

Cet article, un dossier ouvert d’un groupe de recherche américain sur la culture, évalue et résume les preuves des bienfaits des arts chez les personnes. Les chercheurs examinent quatre aspects des données probantes des études : la santé physique et mentale, l’apprentissage et le développement personnel, la vitalité économique et la cohésion sociale. Tout en reconnaissant que les études actuelles ne sont pas définitives, les chercheurs concluent que « la participation aux arts améliore réellement les vies ».