Le point sur les œuvres de bienfaisance 2013

(Talking about charities 2013)

Publié par : 

Ce rapport maintient que « la confiance du public est d’une importance primordiale pour les œuvres de bienfaisance au Canada. Bon nombre des relations essentielles avec les donateurs, les bénévoles, les clients, les responsables des politiques, les organismes de réglementation et le parrainage des entreprises reposent sur cette confiance. » Basé sur un sondage téléphonique auprès de 3 853 Canadiens de 18 ans et plus, le rapport constate que 79 % des répondants font « beaucoup » ou « un peu » confiance aux organismes de bienfaisance.

Comme l’observe le rapport, « les Canadiens affirment avoir davantage confiance dans les organismes de bienfaisance que dans presque toutes les autres institutions sociales visées par le sondage », y compris leur « gouvernement local (57 %), fédéral (45 %) et provincial (44 %) », les médias (53 %) et les grandes entreprises (41 %). Ils font légèrement plus confiance aux petites entreprises (81 %) qu’aux organismes de bienfaisance (79 %).

Les organismes de bienfaisance du secteur des arts arrivent huitièmes parmi onze types d’œuvres de bienfaisance, 60 % des Canadiens affirmant avoir beaucoup (19 %) ou un peu (41 %) confiance en elles. C’est comparable à la confiance qu’inspirent les églises et les autres lieux de culte (59 %) et supérieur à celle des organismes de développement international (50 %) et des organismes religieux autres que les églises et les lieux de culte (41 %). Les Canadiens ont le plus tendance à faire confiance aux hôpitaux (86 %), aux organismes de bienfaisance pour les enfants (82 %), et à ceux qui font la promotion de la santé et la recherche sur la santé (80 %).

Comme c’est le cas des organismes de bienfaisance en général, c’est dans les provinces de l’Atlantique que ceux du secteur des arts inspirent le plus confiance (l’indice de confiance de ces quatre provinces est supérieur à la moyenne canadienne). Bien que ce soit en Colombie-Britannique que la confiance en de nombreux types d’organismes de bienfaisance soit la plus faible, tel n’est pas le cas pour ceux consacrés aux arts, où le niveau de confiance dans cette province est égal à la moyenne canadienne (60 %). La seule province où le niveau de confiance est inférieur à la moyenne canadienne est l’Ontario, où les organismes de bienfaisance des arts n’inspirent confiance qu’à 57 % des Ontariens.

Ce sont les quatre groupes d’âge de moins de 55 ans qui font le plus confiance aux organismes caritatifs des arts, tandis que les deux groupes d’âge de 55 ans et plus leur font le moins confiance. Il y a également une légère différence entre les femmes (62 % font confiance à ces organismes) et les hommes (57 %).

La confiance en de nombreux types d’organismes philanthropiques, y compris ceux des arts, est demeurée relative stable par rapport aux enquêtes précédentes de 2004, 2006 et 2008.

Presque tous les répondants au sondage (93 %) conviennent que « les Canadiens attachent de l’importance aux organismes de bienfaisance », et 88 % croient que « les organismes de bienfaisance améliorent en général notre qualité de vie ». Toutefois, le sondage a également constaté que 73 % de la population du Canada croit que « les organismes de bienfaisance consacrent trop de fonds aux salaires et à l’administration », et 68 % croient que « trop d’organismes de bienfaisance tentent de collecter des dons pour la même cause ». Ces questions visaient l’ensemble des organismes de bienfaisance et non des types particuliers d’organismes.

De nombreux répondants estiment que les organismes de bienfaisance ont du chemin à faire en matière de transparence :

  • 73 % des répondants croient que les organismes de bienfaisance ne font qu’un travail « passable » ou « médiocre » lorsqu’il est question de fournir « des renseignements au sujet du coût de leurs collectes de fonds ».
  • 70 % indiquent que les organismes de bienfaisance font un travail passable ou médiocre lorsqu’ils doivent fournir « des renseignements sur ce qu’ils font avec les dons ».
  • 58 % croient que les organismes de bienfaisance font un travail passable ou médiocre sur le plan « des renseignements au sujet de l’incidence du travail de l’organisme sur la population canadienne ».
  • 43 % indiquent que les organismes de bienfaisance font un travail passable ou médiocre au chapitre « des renseignements au sujet des programmes et des services assurés par ces organismes ».

Sur la foi de ces données, le rapport conclut que « les Canadiens disent que les organismes de bienfaisance doivent faire des améliorations considérables quant à leur façon de raconter ce qu’ils font et leur effet sur le pays. »

Summary: 

Ce rapport maintient que « la confiance du public est d’une importance primordiale pour les œuvres de bienfaisance au Canada. Bon nombre des relations essentielles avec les donateurs, les bénévoles, les clients, les responsables des politiques, les organismes de réglementation et le parrainage des entreprises reposent sur cette confiance. » Basé sur un sondage téléphonique auprès de 3 853 Canadiens de 18 ans et plus, le rapport constate que 79 % des répondants font « beaucoup » ou « un peu » confiance aux organismes de bienfaisance. Les organismes de bienfaisance du secteur des arts arrivent huitièmes parmi onze types d’œuvres de bienfaisance, 60 % des Canadiens affirmant avoir beaucoup (19 %) ou un peu (41 %) confiance en elles.