Initiative d’équité et d’inclusion culturelle : revue de la littérature

(Cultural Equity and Inclusion Initiative: Literature Review)

Cette revue de la littérature examine comment certains organismes et bailleurs de fonds culturels ont amélioré « la diversité des organismes culturels en ce qui a trait au leadership, au personnel, à la programmation et à la composition du public ». Les éléments de diversité comprennent la race, la culture, l’ethnicité, le statut socioéconomique et l’âge.

Les auteurs catégorisent l’état actuel de la littérature dans ce domaine comme « émergent » : « Les problèmes sont reconnus de beaucoup de différents points de vue. Le consensus sur la nature du problème est moins clair. Des solutions éprouvées sont difficiles à trouver. »

Au sujet des conseils d’administration, le rapport indique que l’engagement du conseil à la diversité doit figurer dans son énoncé de mission, et qu’il faut développer « des filières robustes de recrutement et de diversité ». Plus précisément, le rapport indique que « l’augmentation de la diversité, de l’équité culturelle et de l’inclusion dans les conseils des organismes artistiques sans but lucratif exige un engagement à tous les niveaux de l’organisme, peut nécessiter des partenariats avec des organismes et personnes à l’extérieur des arts, et exige un engagement à long terme ».

L’étude de la littérature a constaté que « très peu d’initiatives pour augmenter la diversité, l’équité culturelle et l’inclusion parmi les travailleurs artistiques et culturels ont été évaluées formellement ». Le rapport mise plutôt sur un « mélange de descriptions des programmes, des projets et des initiatives » pour discuter du recrutement du personnel (y compris une « politique sur la diversité clairement exprimée » pour le personnel) et « des changements aux systèmes qui préparent les jeunes à la vie active » (y compris des étapes pour diversifier le corps étudiant de gestion des arts ainsi que de nouvelles filières de formation aux carrières artistiques).

Observant que « les publics et la programmation sont indissociables », le rapport indique que « les efforts pour augmenter la diversité, l’équité culturelle et l’inclusion dans un aspect peuvent améliorer les autres aspects. Pour ce faire, les organismes doivent voir au-delà des disciplines artistiques de référence, les publics passifs et les lieux artistiques formels ». Le rapport met en lumière l’évolution de la notion de participation aux arts, qui passe d’une « assistance » passive à une notion englobante de « participation » : « La programmation qui vise à élargir le public participatif promet de bâtir une plus grande équité et inclusion culturelle dans les publics et la programmation artistique ».

Bien que les études qui portent spécifiquement sur les organismes artistiques propres à certaines cultures ne faisaient pas partie de l’objectif original de l’étude de la littérature, les auteures indiquent que « la contribution potentielle [de ces organismes] à la diversité, à l’équité culturelle et à l’inclusion dans l’écologie artistique est apparue comme une [considération] potentiellement puissante qui n’est pas encore complètement comprise ». Observant que des organismes diversifiés « font souvent face à des défis de sous-financement ainsi qu’à des problèmes systémiques de racisme et de marginalisation » et que « la santé d’un organisme peut sembler différente pour les organismes artistiques propres à certaines cultures », le rapport soutient que « les outils, méthodes et pratiques utilisés pour renforcer les organismes artistiques en général peuvent ne pas être aussi efficaces pour les organismes artistiques à spécificités culturelles ». Plutôt, « le soutien pour ces organismes peut exiger de nouveaux modèles et le développement de nouvelles ressources ».

Le rapport conclut que « la réalisation de la diversité, de l’équité culturelle et de l’inclusion dans n’importe quel organisme est un processus itératif à long terme qui mobilise toutes les parties et tous les niveaux d’un organisme, peu importe s’il est petit ou grand ». Les leçons des efforts réussis de diversité indiquent qu’il y a trois principaux processus pour les organismes artistiques : communication, collaboration et cohérence (c.-à-d. développer des relations durables et des programmes soutenables).

Summary: 

Cette revue de la littérature examine comment certains organismes et bailleurs de fonds culturels ont amélioré « la diversité des organismes culturels en ce qui a trait au leadership, au personnel, à la programmation et à la composition du public ». Les éléments de diversité comprennent la race, la culture, l’ethnicité, le statut socioéconomique et l’âge.