Gagner le cœur et l’esprit : les arts et l’engagement citoyen

(Hearts and Minds: The Arts and Civic Engagement)

Publié par : 
Auteur : 

Cette analyse de la documentation internationale tente « de mieux comprendre si les recherches ont démontré que les expériences artistiques de tout genre – que ce soit des expériences traditionnelles du public, les nouvelles expériences d’‘engagement’, l’apprentissage des arts ou la création d’œuvres artistiques en soi – ont une incidence sur l’engagement citoyen. »

Une des principales conclusions du rapport est que « les corrélations entre la participation aux arts et les motivations et pratiques d’engagement citoyen sont nombreuses et cohérentes ». Toutefois, « les effets des arts sont vraisemblablement cumulatifs sur une longue période de temps et difficiles à documenter : c’est un mouvement lent plutôt qu’une éruption subite, et il est facile de les prendre pour acquis ».

Une autre conclusion importante est que « les expériences artistiques pendant l’adolescence sont particulièrement influentes ». Parmi les jeunes de milieux socioéconomiques défavorisés, « les personnes qui participent beaucoup aux arts étaient plus susceptibles d’être prédisposées en faveur de l’engagement citoyen dans chacun des [12] indicateurs », y compris faire du bénévolat, participer à des clubs et au gouvernement étudiant, voter et lire un journal.

Des études comparatives indiquent que les jeunes qui s’impliquent dans les programmes artistiques obtiennent de meilleurs résultats que ceux qui participent à des programmes sportifs ou de service communautaire sur tous les indicateurs sociaux mesurés, « y compris le développement linguistique qui indique une capacité croissante de planifier, de travailler avec les autres, de faire preuve d’imagination, de résoudre des problèmes complexes et de réfléchir sur leur  apprentissage et leur développement ».

Le rapport maintient que « les expériences de création d’œuvres d’art semblent encourager l’engagement citoyen plus que ne le font les expériences où l’on est membre du public ». Par exemple, des études sur des activités de participation à la création des arts ont constaté que ces expériences font que « c’est plus probable que les voisins aident les voisins, développent des capacités sociales et la tolérance, perçoivent et s’affranchissent des divisions sociales normatives, et apprécient et partagent des cadeaux avec des personnes qui peuvent être très différentes d’eux. »

De façon semblable, des études européennes sur « les projets de participation aux arts et d’arts volontaires » font état d’une foule d’effets sociaux, y compris sur le développement personnel, la cohésion sociale, la responsabilisation communautaire, l’image et l’identité communautaire ainsi que sur l’imagination et la vision. Des études sur des projets d’arts communautaires, « surtout en Australie, ont conclu que les participants croient qu’ils avaient augmenté leur capital social et humain ainsi que bâti et développé des communautés. La plupart déclarent que l’expérience avait amélioré les capacités de communication, d’organisation et de planification, en plus de la compréhension des différentes cultures et styles de vie. »

Les études indiquent également que « certaines expériences artistiques dans certains milieux génèrent directement du capital social ». Ainsi, en faisant activement de l’art, les jeunes « ont acquis des valeurs, des dispositions et des compétences qui caractérisent les adultes engagés, et [l’auteur voit] le mécanisme de la création active d’art chez les adolescents comme le moteur social, cognitif, affectif et de compétences qui alimente leur développement ».

Cette analyse de la documentation a constaté qu’il y avait « peu d’études sur les effets des expériences des publics sur l’engagement citoyen, et que ce que l’on en sait ne permet aucunement de suggérer que de telles expériences peuvent avoir une incidence marquée sur l’engagement citoyen. »

En général, le rapport conclut qu’il y a « à peine quelques études sur ces questions dans un océan d’études en sciences sociales, mais elles indiquent toutes qu’il y a une relation importante entre la participation aux arts et l’engagement citoyen. Le besoin d’études additionnelles est indéniable. »

Summary: 

Cette analyse de la documentation internationale tente « de mieux comprendre si les recherches ont démontré que les expériences artistiques de tout genre – que ce soit des expériences traditionnelles du public, les nouvelles expériences d’‘engagement’, l’apprentissage des arts ou la création d’œuvres artistiques en soi – ont une incidence sur l’engagement citoyen. » Une des principales conclusions du rapport est que « les corrélations entre la participation aux arts et les motivations et pratiques d’engagement citoyen sont nombreuses et cohérentes ». Toutefois, « les effets des arts sont vraisemblablement cumulatifs sur une longue période de temps et difficiles à documenter : c’est un mouvement lent plutôt qu’une éruption subite, et il est facile de les prendre pour acquis ».