Facteurs dans les activités culturelles au Canada en 2005

Facteurs concernant la lecture

Publié par : 

Ce rapport propose un aperçu des facteurs de nature démographique et culturelle qui entourent la lecture de livres (ainsi que trois autres activités culturelles). Les données proviennent de l'Enquête sociale générale de 2005 de Statistique Canada, un sondage en profondeur au téléphone d'environ 10 000 personnes de 15 ans et plus au Canada.

En tant qu'activité de loisir (et non dans le cadre d'un travail rémunéré ou des études), deux tiers des Canadiens de 15 ans et plus (67 %, ou 17,4 millions de personnes) ont lu au moins un livre en 2005.

En général, la lecture de livres semble être une activité qui plaît assez également à de nombreux groupes de Canadiens. Comparativement aux autres activités culturelles examinées dans ce rapport, la lecture de livres est une activité particulièrement égalitaire au plan du revenu. Soixante-quatorze pour cent des gens dans les ménages ayant un revenu de 100 000 $ et plus ont lu un livre en 2005, chiffre qui est à peine 1,1 fois le taux de lecture des gens dans les ménages ayant un revenu inférieur à 20 000 $ (66 %). Ce rapport (1,1) est nettement inférieur aux rapports équivalents chez les cinéphiles (1,7), les visiteurs de galeries d'art (1,8) et les amateurs de spectacles (2.0).

Les seuls facteurs démographiques qui ont un impact considérable sur les taux de lecture de livres sont le niveau de scolarité et le sexe :

  • En 2005, 82 % des personnes titulaires d'un baccalauréat ou d'un diplôme supérieur ont lu un livre. Ce taux de lecture est 1,5 fois supérieur au taux de lecture des diplômés du secondaire (54 %).
  • Les femmes ont beaucoup plus tendance à lire par plaisir que les hommes. En 2005, 75 % des femmes ont lu un livre, comparativement à 58 % des hommes. Le taux de lecture des femmes est environ 1,3 fois celui des hommes.

Les facteurs démographiques qui ont un impact limité ou négligeable sur la lecture de livres comprennent l'âge, le revenu, la présence d'enfants, le fait de vivre en milieu urbain, la langue, le pays d'origine ou une limitation des activités.

Le rapport constate que les expériences culturelles et l'exposition à la culture sont, en général, des facteurs plus importants dans la lecture de livres que les facteurs démographiques. De fait, huit des dix premiers indicateurs de lecture de livres sont des activités culturelles et non des facteurs démographiques.

Le taux de lecture est le plus élevé pour les Canadiens qui ont visité une galerie d'art : 85 % des personnes qui ont visité une galerie d'art ont également lu un livre en 2005.

Quatre-vingt deux pour cent des personnes qui ont visité un musée (autre qu'une galerie d'art) ont également lu un livre en 2005. C'est l'équivalent de l'incidence de lecture des Canadiens les plus scolarisés (le taux de lecture des titulaires de baccalauréat ou d'un diplôme supérieur est de 82 %).

Le taux de lecture est également élevé chez les amateurs d'autres activités culturelles :

  • 80 % chez les amateurs de spectacles de musique, de théâtre ou de danse traditionnels ou en langue ancestrale (p. ex. peuples autochtones, chinois, ukrainien, etc.);
  • 79 % chez les visiteurs de sites historiques;
  • 78 % chez les personnes qui ont fréquenté un festival culturel;
  • 78 % chez les gens qui ont assisté à un spectacle (théâtre, musique populaire ou classique);
  • 77 % chez les personnes qui ont assisté à un autre type de spectacle; et
  • 76 % chez ceux qui ont visité un zoo, un aquarium, un jardin botanique ou un autre lieu du patrimoine.

Toutes ces affinités culturelles ont un classement plus élevé que le deuxième meilleur facteur démographique (un revenu élevé). Soixante-quatorze pour cent des personnes des ménages de 100 000 $ et plus ont lu un livre en 2005.

En plus des pourcentages sur la lecture de livres, un modèle statistique de la lecture a confirmé l'incidence des études, du sexe, des visites de galeries d'art et d'autres facteurs culturels dans la lecture de livres.

Summary: 

Ce rapport propose un aperçu des facteurs de nature démographique et culturelle qui entourent la lecture de livres (ainsi que trois autres activités culturelles). En général, la lecture de livres semble être une activité qui plaît assez également à de nombreux groupes de Canadiens. Le rapport constate que les expériences culturelles et l'exposition à la culture sont, en général, des facteurs plus importants dans la lecture de livres que les facteurs démographiques. De fait, huit des dix premiers indicateurs de lecture de livres sont des activités culturelles et non des facteurs démographiques.

Legacy ID (artUID): 
50431