Coulé dans le béton : Bâtir la nouvelle génération d’équipements culturels des États-Unis, 1994-2008

(Set in Stone: Building America’s New Generation of Arts Facilities, 1994-2008)

Ce rapport examine tous les projets de construction du secteur culturel aux États-Unis entre 1994 et 2008 à l’aide d’une panoplie de méthodes de recherche, notamment un examen des permis de construire pour de nouveaux bâtiments, des rénovations et des ajouts aux musées, théâtres et centres des arts de la scène polyvalents ayant un coût initial d’au moins 4 millions de dollars, un examen approfondi de 50 de ces projets, un échantillonnage des autres organismes culturels locaux qui ont pu être touchés par les projets de construction et des études de cas.

Les chercheurs ont recensé en tout 725 mises en chantier dans le secteur culturel entre 1994 et 2008 ayant un coût global de près de 16 milliards de dollars. La moitié de ces projets portaient sur des centres de spectacles polyvalents, 39 % étaient des musées et 11 % des salles de théâtre.

Pendant la période de l’étude, « les mises en chantier dans le secteur des arts se sont développées plus rapidement ou à la même vitesse que dans d’autres secteurs » tels que la santé et l’éducation. Les chercheurs ont détecté un essor de ces mises en chantier dans le secteur culturel aux États-Unis entre 1998 et 2001. Les villes ayant des populations en croissance, fortement scolarisées et relativement à l’aise (ainsi que les villes ayant des nombres importants d’artistes) ont tendance à avoir plus d’équipements culturels que les autres villes. Étant donné la croissance des équipements culturels, les chercheurs se demandent si l’offre d’équipements culturels est supérieure à la demande.

Les chercheurs ont identifié des facteurs cruciaux qui déterminent la faisabilité et la réussite des projets de construction dans le secteur culturel :

  • Des projets motivés par la mission de l’organisme et le besoin d’un espace neuf ou rénové.
  • Un leadership « précis, cohérent et soutenu ».
  • « Des échéanciers de projet efficaces ».
  • Des prévisions de revenus flexibles et réalistes et un contrôle efficace des dépenses. (Les chercheurs observent que 80 % des projets de construction ont dépassé leurs budgets.)

Les études de cas dont il est question dans le rapport rappellent la nécessité de trouver un équilibre dans la foule de défis de gestion qui surgissent lorsqu’on entreprend un projet de construction :

  • « La façon dont un nouvel équipement s’insère et améliore la capacité de livrer la mission.
  • La capacité actuelle de l’organisme (personnel additionnel, soutien technique, savoir-faire en marketing) de fonctionner efficacement dans un lieu amélioré et agrandi.
  • Intéresser la collectivité environnante de façon à améliorer la santé à long terme de l’organisme et de son infrastructure.
  • Déterminer et renforcer des voies de financement à court et à long terme. »

Quant à l’effet sur l’ensemble de la collectivité, l’étude ne constate pas de tendances nettes positives ou négatives des projets de constructions dans le secteur culturel et uniquement « des preuves limitées que la construction d’équipements culturels a des effets significatifs sur l’évolution générale [locale] du nombre d’organismes artistiques, leur effectif ou la masse salariale ».

Summary: 

Ce rapport examine tous les projets de construction du secteur culturel aux États-Unis entre 1994 et 2008 à l’aide d’une panoplie de méthodes de recherche. Les chercheurs ont recensé en tout 725 mises en chantier dans le secteur culturel entre 1994 et 2008 ayant un coût global de près de 16 milliards de dollars. La moitié de ces projets portaient sur des centres de spectacles polyvalents, 39 % étaient des musées et 11 % des salles de théâtre.