Compte satellite de la culture du Canada, 2010

Publié par : 

Ce rapport de Statistique Canada examine les répercussions économiques directes des arts, de la culture et du patrimoine au Canada, en utilisant une méthodologie comparable à d’autres secteurs de l’économie. Toutefois, comme cette méthodologie diffère considérablement des estimations précédentes sur la valeur économique de la culture au Canada, il n’est pas possible d’établir des comparaisons avec les estimations précédentes.

Le rapport présente les éléments clés de la méthodologie utilisée pour calculer la production économique et les emplois associés au secteur culturel. Pour commencer, la définition de la culture a été tirée du Cadre conceptuel pour les statistiques de la culture 2011 (un autre document de Statistique Canada). Deuxièmement, la comptabilisation de la production a été calculée à l’aide du Système de comptabilité nationale du Canada en se basant sur une étude de faisabilité de quatre ans sur l’extraction des données relatives à la culture des comptes nationaux. La méthodologie calcule uniquement les répercussions directes, excluant par le fait même les répercussions indirectes ou connexes potentielles de la culture. (Les répercussions indirectes calculent les nouvelles dépenses engendrées par les dépenses des organismes culturels, tandis que les répercussions connexes comprennent les dépenses attribuables aux salaires gagnés par les travailleurs culturels et les travailleurs des fournisseurs.)

En se fondant sur cette méthodologie, Statistique Canada estime que les répercussions économiques directes des biens et services culturels étaient de 47,8 milliards de dollars en 2010, ou 3,1 % du produit intérieur brut (PIB). En 2010, il y avait 647 300 emplois directement liés aux produits culturels, ou 3,7 % de l’emploi total.

Le rapport propose également un deuxième ensemble d’estimations basées sur la production totale des industries culturelles (plutôt que sur les produits culturels des divers secteurs de l’économie). Selon ces estimations, les industries culturelles contribuent directement 53,2 milliards de dollars au PIB et 703 900 emplois.

De plus, le rapport propose une estimation de l’importance économique directe des sports. Les répercussions économiques directes de la culture (47,8 milliards) sont environ dix fois plus importantes que les répercussions estimées des sports (4,5 milliards). L’estimation du nombre d’emplois du secteur culturel (647 300) est environ sept fois plus élevée que celle du secteur des sports (93 500).

Les répercussions économiques de la culture sont plus élevées que celles des services publics (35 milliards), du secteur de l’hébergement et des services alimentaires (32 milliards), et des secteurs de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (23 milliards). Les répercussions économiques de la culture sont inférieures à celles des secteurs du transport et de l’entreposage (63 milliards), de la construction (113 milliards) et de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière et de l’extraction de pétrole et de gaz (115 milliards).

Le rapport propose également des estimations des répercussions des produits culturels dans divers domaines :

  • Audiovisuel et médias interactifs : 14,8 milliards, 125 000 emplois.
  • Arts visuels et appliqués : 10,2 milliards, 168 000 emplois.
  • Écrits et ouvrages publiés : 10,0 milliards, 143 000 emplois.
  • Spectacles sur scène : 1,9 milliard, 52 000 emplois.
  • Patrimoine et bibliothèques : 0,8 milliard, 19 000 emplois.
  • Enregistrement sonore : 0,6 milliard, 13 000 emplois.

Le rapport propose également des estimations des répercussions des produits culturels dans trois domaines se rapportant au soutien du secteur culturel ou associés à plusieurs de ses domaines :

  • Gouvernance, financement et soutien professionnel : 5,7 milliards, 72 000 emplois.
  • Éducation et formation : 3,4 milliards, 52 000 emplois.
  • Multidomaine : 0,5 milliard, 4 000 emplois.

Les domaines particuliers où les produits culturels ont les plus grandes répercussions économiques sont la radiotélédiffusion (8,1 milliards), les films et vidéos (3,4 milliards), les médias interactifs (3,3 milliards), le design (3,2 milliards), les journaux (2,8 milliards) et l’artisanat (également 2,8 milliards).

Le rapport ne comporte pas d’estimations provinciales ou locales des répercussions du secteur culturel. Toutefois, on a entrepris des démarches pour assurer la production d’estimations provinciales et territoriales à l’avenir.

Summary: 

Ce rapport de Statistique Canada examine les répercussions économiques directes des arts, de la culture et du patrimoine au Canada, en utilisant une méthodologie comparable à d’autres secteurs de l’économie. Statistique Canada estime que les répercussions économiques directes des biens et services culturels étaient de 47,8 milliards de dollars en 2010, ou 3,1 % du produit intérieur brut (PIB). En 2010, il y avait 647 300 emplois directement liés aux produits culturels, ou 3,7 % de l’emploi total. Les répercussions économiques directes de la culture (47,8 milliards) sont environ dix fois plus importantes que les répercussions estimées des sports (4,5 milliards).