Calculer au pluriel

Besoins et soutien des organismes artistiques ethnoculturels au Canada et aux États-Unis (Figuring the Plural)

Publié par : 

Ce rapport de 358 pages présente plusieurs résultats au sujet des « caractéristiques, besoins et systèmes de soutien » des « organismes artistiques ethnoculturels ». Il se fonde sur une revue de la littérature, une cueillette et analyse de données de sources existantes (comme l’Agence du revenu du Canada), une évaluation des besoins des organismes (en se basant sur les résultats d’un sondage personnalisé auprès des organismes artistiques ethnoculturels ainsi que des entrevues avec des représentants de 55 organismes canadiens et 83 organismes américains), une évaluation des programmes de soutien consacrés aux organismes diversifiés (par 95 bailleurs de fonds et organismes de services aux arts canadiens), et une analyse des lacunes dans ce soutien (basée sur une comparaison des besoins des organismes et des soutiens existants). Lorsque des résultats séparés sont présentés, ce sommaire concentre sur les recherches canadiennes.

Le rapport maintient que les organismes artistiques ethnoculturels au Canada et aux États-Unis assurent des fonctions sociales importantes, comme servir « de défenseurs et d’interprètes culturels, de facilitateurs de la compréhension et de la communication interculturelle, de gardiens des traditions ethniques et/ou de sites où les préjugés sont exposés et contestés ». Les auteures avancent que malgré ces rôles importants, les organismes artistiques diversifiés « ont fait l’objet de peu d’intérêt dans les milieux artistiques ».

La revue de la littérature n’a « découvert aucune étude à grande échelle sur les organismes artistiques ethnoculturels au Canada dans leur ensemble en ce qui a trait à leurs caractéristiques, besoins ou systèmes de soutien ». La recherche sur les bases de données a « recensé 255 organismes artistiques ethnoculturels enregistrés en tant qu’organismes de bienfaisance au Canada », représentant environ 2 % des organismes de bienfaisance artistiques et culturels. Beaucoup de ces organismes sont multidisciplinaires. Les organismes de danse sont le groupe le plus nombreux parmi les organismes axés sur une seule discipline. Bien qu’elles n’aient pas de données historiques, les auteures estiment que « le nombre d’organismes artistiques ethnoculturels augmente » (en se fondant sur d’autres éléments de recherche).

Les principaux défis que ces organismes doivent relever comprennent des besoins financiers, une capacité organisationnelle limitée, le développement du public et les locaux. Sur le plan de la capacité organisationnelle, l’absence de personnel est le principal défi. Beaucoup d’organismes ne peuvent pas « mettre en œuvre complètement les plans et modèles organisationnels » à cause d’un manque de personnel et non à cause d’un manque de formation ou de connaissances (comme le supposent bon nombre de programmes de développement de capacités).

En général, le rapport soutient que « les services offerts par les organismes de soutien ne correspondent pas aux besoins des organismes artistiques ethnoculturels… Plutôt que d’offrir un soutien financier flexible que les organismes peuvent utiliser pour répondre à leurs besoins particuliers ou pour s’attaquer à d’autres obstacles systémiques auxquels font face les organismes artistiques ethnoculturels dans la réalisation de leur soutenabilité à long terme, la plupart des formes de soutien sont à court terme et axées sur des projets. »

Malgré des défis significatifs, le rapport conclut que « le secteur artistique ethnoculturel n’est pas dans un état de crise comme le ton du dialogue actuel porte à croire… Nous n’avons trouvé aucune indication que le secteur dans l’un ou l’autre pays risque de disparaître, bien qu’il soit loin de fonctionner à son plein potentiel. »

Le rapport renferme également « 32 recommandations pour mieux soutenir les organismes artistiques ethnoculturels » à diverses étapes de leur développement, comme « plus de sensibilisation et de liaison ciblée à l’intention des nouveaux et des petits organismes populaires » ainsi que des « fonds pluriannuels sans restrictions qui ne dépendent pas de caractéristiques comme la taille minimale exigée du budget de fonctionnement, un certain nombre d’employés, ou selon le cas, la production d’une certaine quantité de programmation annuelle ou saisonnière ».

Summary: 

Ce rapport de 358 pages présente plusieurs résultats au sujet des « caractéristiques, besoins et systèmes de soutien » des « organismes artistiques ethnoculturels ». Il se fonde sur une revue de la littérature, une cueillette et analyse de données de sources existantes (comme l’Agence du revenu du Canada), une évaluation des besoins des organismes (en se basant sur les résultats d’un sondage personnalisé auprès des organismes artistiques ethnoculturels ainsi que des entrevues avec des représentants de 55 organismes canadiens et 83 organismes américains), une évaluation des programmes de soutien consacrés aux organismes diversifiés (par 95 bailleurs de fonds et organismes de services aux arts canadiens), et une analyse des lacunes dans ce soutien (basée sur une comparaison des besoins des organismes et des soutiens existants).