Arts and Non-Arts Partnerships: Opportunities, Challenges and Strategies

Publié par : 

Basé sur des entrevues avec des participants de 28 partenariats entre des organismes artistiques et non artistiques dans neuf collectivités américaines ainsi que sur les résultats d'une enquête dans cinq collectivités, ce rapport examine le potentiel de tels partenariats de réaliser à la fois des objectifs artistiques et de service communautaire. Les partenaires non artistiques rencontrés comprenaient des organismes de services sociaux, des écoles, des bibliothèques, des organismes de logement et de développement communautaire, des YMCA, des clubs Boys and Girls et des congrégations religieuses. Le rapport met en garde que « de tels partenariats ne sont pas faciles à forger ou à maintenir » et que « tout comme les investisseurs financiers mettent en jeu leurs actifs si leurs projets échouent, les organismes artistiques et les groupes non artistiques mettent eux aussi leurs réputations, leur temps, leur argent ou d'autres actifs dans les partenariats ». Certains de ces « autres actifs » comprennent le savoir-faire des organismes, leurs relations avec leurs membres et leurs missions.

Les avantages possibles des partenariats pour les organismes artistiques comprennent « une plus grande sensibilisation communautaire à leur mission et à leurs services, un meilleur rayonnement et une participation accrue. » Pour les organismes non artistiques, le principal avantage est une programmation de qualité, qui peut mener à « une meilleure participation communautaire et de la clientèle, de meilleures réputations publiques, et un soutien plus actif des membres ».

Le rapport relève des leçons importantes pour les partenariats artistiques et non artistiques. Un exemple d'une telle leçon : « Les organismes artistiques doivent réaliser que les organismes non artistiques ont souvent mis au point des processus spécifiquement pour promouvoir la mobilisation communautaire et la participation des clients. Les artistes habitués à un contrôle artistique total peuvent percevoir ces processus mettant en jeu leur intégrité artistique. » Mais il rappelle qu'il faut aussi s'adapter aux « exigences légitimes des organismes non artistiques ».

Le rapport identifie trois grandes raisons pour l'échec des partenariats : « les partenaires ne sont pas en mesure de réaliser leurs engagements (« le risque de la capacité »), ils ne sont pas prêts à le faire (« le risque de l'engagement ») ou ils ne s'entendent pas sur ce qui constitue une réussite (« les risques de culture »). » Les coûts imprévus constituent le quatrième type de risque. Le rapport explique ces risques ainsi que comment diagnostiquer les risques structurels et situationnels qui peuvent surgir.

Afin de soutenir des partenariats à succès de longue durée, on encourage les bailleurs de fonds à « aider à identifier la gamme complète de dépenses que de tels partenariats risquent de rencontrer, à planifier en conséquence et à les couvrir ». Les organismes doivent assurer que les « avantages [du partenariat] sont mutuels et en accord avec leurs missions » et que « l'on ait prévu et tenu compte des risques et coûts potentiels ».

Summary: 
Basé sur des entrevues avec des participants de 28 partenariats entre des organismes artistiques et non artistiques dans neuf collectivités américaines ainsi que sur les résultats d'une enquête dans cinq collectivités, ce rapport examine le potentiel de tels partenariats de réaliser à la fois des objectifs artistiques et de service communautaire.
Legacy ID (artUID): 
50224