Arts Research Monitor articles, category = Provincial and local statistics

Préparé pour le Forum sur la chanson québécoise de 2013, cet essai tente de susciter une réflexion sur l’état de la chanson québécoise et notamment de la chanson en français. Il soulève des questions importantes en examinant des enjeux tels que l’internationalisation, le changement technologique, les tournées, la formation et le financement. Il avance qu’« aujourd’hui, l’imagination est nécessaire pour développer de nouvelles sources de revenus » pour les interprètes, les compositeurs et les groupes.

Étude cartographique de la danse au Canada

Cette enquête à grande échelle, à laquelle ont participé 8 124 Canadiens de 16 ans ou plus, avait pour but « de dresser un portrait plus clair des gens qui dansent au Canada et de savoir où et pourquoi ils dansent ». La majorité des répondants « participent à des activités de danse de manière récréative » (5 948, ou 73 %). Les autres répondants étaient des professionnels de la danse (2 176, ou 27 %). Les répondants ont fait état de 190 différentes formes de danse auxquelles ils participent.

Selon l'enquête bisannuelle de Statistique Canada sur les arts de la scène, les revenus d’exploitation de l’ensemble du secteur ont totalisé 1,48 milliard $ en 2012, un recul de 3,1 % par rapport à 2010. (Les pourcentages de changement de cet article n’ont pas été ajustés pour l’inflation.) En 2012, les revenus d’exploitation de l’ensemble des organismes de la scène sans but lucratif ont totalisé 783 millions $, ce qui représente 53 % du total sectoriel de 1,48 milliard $, une augmentation de 4,5 % par rapport à 2010. Les revenus provenant des ventes de produits et services sont à l’origine de 49 % des revenus d’exploitation, suivis des subventions du secteur public (26 %), des contributions du secteur privé (24 %) et des autres revenus (2 %). Collectivement, les dépenses d’exploitation (794 millions $) ont surpassé les revenus de 11 millions $, laissant un déficit net correspondant à 4,5 % du total des revenus. Les salaires, les traitements et les avantages sociaux (sans les honoraires versés aux contractuels) représentent 35 % des dépenses des organismes de la scène sans but lucratif. En 2012, l’assistance totale aux 48 500 représentations a été de 13 millions, soit une assistance moyenne de 267 par représentation.

À partir de l’année de données 2011, le ministère du Patrimoine canadien a assumé la responsabilité de mener des enquêtes sur les établissements du patrimoine du Canada (enquête assurée par Statistique Canada auparavant). En 2011, 1 269 établissements du patrimoine sans but lucratif ont participé à l’enquête, constituant environ « 45 % de tout le secteur du patrimoine » et « le plus vaste échantillon à être mesuré depuis plus de 12 ans ».

Les retombées du secteur des arts (Arts Impact Alberta 2014)

Ce rapport examine les avantages « pour les gens, les collectivités et l’économie » du financement de fonctionnement versé par l’Alberta Foundation for the Arts (AFA) aux organismes artistiques pendant une période de sept ans (2006-2013). En plus des données sur le financement de fonctionnement de ces organismes, le rapport comprend des chiffres provenant d’autres sources, notamment d’un sondage d’opinion publique réalisé dans la province.

Ce bref rapport examine la situation des 3 632 artistes visuels que l’on estime y avoir au Québec. Le rapport estime que 60 % des artistes visuels du Québec sont des femmes et que seulement 12 % des artistes visuels ont moins de 35 ans (contrairement à 37 % de l’ensemble de la population active du Québec). Le revenu individuel moyen (de toutes les sources) de tous les artistes visuels du Québec est de 35 400 $. Le revenu moyen des femmes (27 600 $) est très inférieur à celui des hommes (40 900 $). Cinquante-sept pour cent des artistes visuels du Québec ont un revenu individuel total de moins de 30 000 $, le pourcentage des artistes visuels dans cette situation étant plus élevé chez les femmes (64 %) et les moins de 35 ans (66 %).

Basés sur l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et l’Enquête sur la population active

Ces deux rapports de Hill Stratégies examinent la situation des artistes et des travailleurs culturels dans les provinces, les territoires et les municipalités du Canada. Ce résumé présente brièvement les faits saillants des données sur les artistes et les travailleurs culturels, selon les provinces et les territoires.

(Ontario Association of Art Galleries Data Exchange 2013: Key findings)

L’objectif de la recherche décrite dans cette présentation était de fournir « des données détaillées fiables sur les galeries d’art publiques de l’Ontario », afin d’orienter les analyses du secteur des musées d’art et des galeries d’art publiques en plus de servir aux comparaisons et à la planification de ces établissements.

Avec des comparaisons à douze autres villes canadiennes (Saskatoon’s Investment in Culture, 2009 to 2012)

Tout en concentrant sur les investissements culturels de la ville de Saskatoon, ce document de recherche renferme également des renseignements au sujet des dépenses des autres gouvernements municipaux qui ont participé à un processus semblable d’étalonnage au cours des dernières années. En ce qui concerne les dépenses annuelles moyennes au chapitre de la culture entre 2009 et 2012, c’est à Edmonton que l’investissement par personne est le plus élevé (34,39 $), suivie de Saskatoon (32,36 $), Richmond (23,52 $), Hamilton (23,51 $), Oakville (19,28 $), Halifax (17,19 $) et Windsor (12,49 $). Les données de l’année la plus récente (2012) indiquent que Saskatoon avait l’investissement global le plus élevé au chapitre de la culture (47,05 $), suivie d’Edmonton (38,68 $), Richmond (31,85 $), Hamilton (24,10 $), Halifax (17,25 $), Oakville (16,69 $) et Windsor (15,30 $).

Ce rapport de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec présente diverses données se rapportant aux dépenses culturelles des municipalités québécoises en 2012. En 2012, les dépenses de fonctionnement des municipalités du Québec consacrées aux services culturels ont totalisé 843 millions $, ce qui représente 4,8 % des dépenses de fonctionnement municipales. Montréal et Québec, les seules villes du Québec à compter plus de 500 000 habitants, ont dépensé 373 millions $ pour les services culturels en 2012, ou 44 % du total des dépenses culturelles de l’ensemble des municipalités du Québec.