Arts Research Monitor articles, category = Arts funding & finances

Basée sur diverses sources de Statistique Canada, cette courte fiche de renseignements présente le nombre de compagnies de théâtre au Canada avec leurs revenus et dépenses, la contribution du théâtre à l’économie canadienne, les dépenses des ménages pour des billets et le nombre d’artistes et d’étudiants de théâtre ainsi que leurs revenus.

Selon l'enquête bisannuelle de Statistique Canada sur les arts de la scène, les revenus d’exploitation de l’ensemble du secteur ont totalisé 1,48 milliard $ en 2012, un recul de 3,1 % par rapport à 2010. (Les pourcentages de changement de cet article n’ont pas été ajustés pour l’inflation.) En 2012, les revenus d’exploitation de l’ensemble des organismes de la scène sans but lucratif ont totalisé 783 millions $, ce qui représente 53 % du total sectoriel de 1,48 milliard $, une augmentation de 4,5 % par rapport à 2010. Les revenus provenant des ventes de produits et services sont à l’origine de 49 % des revenus d’exploitation, suivis des subventions du secteur public (26 %), des contributions du secteur privé (24 %) et des autres revenus (2 %). Collectivement, les dépenses d’exploitation (794 millions $) ont surpassé les revenus de 11 millions $, laissant un déficit net correspondant à 4,5 % du total des revenus. Les salaires, les traitements et les avantages sociaux (sans les honoraires versés aux contractuels) représentent 35 % des dépenses des organismes de la scène sans but lucratif. En 2012, l’assistance totale aux 48 500 représentations a été de 13 millions, soit une assistance moyenne de 267 par représentation.

Cette présentation examine les données canadiennes relatives à la « loi de Baumol, ou loi de la fatalité des coûts croissants », selon laquelle les dépenses peuvent augmenter de façon prohibitive au fil des années dans les secteurs à prédominance de main-d’œuvre comme les arts « où les gains de productivité sont limités ». Un chercheur américain avait examiné précédemment « la vie périlleuse des orchestres symphoniques » aux États-Unis, où les dépenses ont augmenté plus rapidement que les revenus. La présentation conclut que « les orchestres canadiens conservent un meilleur équilibre entre les revenus et les dépenses » et qu’ils sont « plus réactifs aux conditions économiques » que les orchestres américains.

Ce rapport examine les données sur les finances et les activités de 243 organismes en arts visuels provenant de leurs soumissions au CADAC (Canadian Arts Database/Données sur les arts au Canada).

À partir de l’année de données 2011, le ministère du Patrimoine canadien a assumé la responsabilité de mener des enquêtes sur les établissements du patrimoine du Canada (enquête assurée par Statistique Canada auparavant). En 2011, 1 269 établissements du patrimoine sans but lucratif ont participé à l’enquête, constituant environ « 45 % de tout le secteur du patrimoine » et « le plus vaste échantillon à être mesuré depuis plus de 12 ans ».

(The impact of the recent economic crisis on the arts)

Basé sur les données CADAC (Canadian Arts Database/Données sur les arts au Canada), de 942 organismes artistiques, ce rapport examine l’évolution des sources de revenus, des dépenses et des actifs nets des organismes artistiques entre 2007-2008 et 2011-2012.

Résultats d’une initiative de recherche de Les affaires pour les arts (Canadians Value Companies that Support the Arts)

Comme l’indique le titre du rapport, une des principales constatations de cette présentation sur des recherches en cours est que de nombreux Canadiens ont une opinion favorable des entreprises qui soutiennent les arts. Un sondage d’opinion publique a révélé que 52 % des répondants « démontrent une préférence marquée pour les entreprises qui soutiennent les arts et la culture ».

Cette analyse documentaire commandée par l’Alliance pour les arts visuels grâce à une contribution financière du Conseil des arts du Canada tente de fournir une synthèse des études existantes sur les arts visuels au Canada et d’identifier les lacunes dans ces recherches. Le rapport observe que le but n’était pas de présenter un portrait de l’état du secteur des arts visuels au Canada mais plutôt l’état des recherches sur les arts visuels au pays.

(Ontario Association of Art Galleries Data Exchange 2013: Key findings)

L’objectif de la recherche décrite dans cette présentation était de fournir « des données détaillées fiables sur les galeries d’art publiques de l’Ontario », afin d’orienter les analyses du secteur des musées d’art et des galeries d’art publiques en plus de servir aux comparaisons et à la planification de ces établissements.

(Arts Funding Snapshot: GIA’s Annual Research on Support for Arts and Culture)

Cette collection d’articles succincts décrit le soutien public aux arts en 2013 et le soutien des fondations aux arts et à la culture en 2011 aux États-Unis. L’article sur le financement public estime que le financement global provenant des gouvernements au chapitre des arts serait de 1,14 milliard $ aux États-Unis en 2013. Les gouvernements locaux ont fourni la plus grande part du soutien aux arts (plus de 700 millions $, bien que l’article ne précise pas l’apport exact de chaque palier). Les assemblés législatives des États ont accordé environ 300 millions $ pour les arts, tandis que le gouvernement fédéral a accordé moins de 140 millions $ au National Endowment for the Arts en 2013. Le montant total du financement public des arts a reculé de 30 % après ajustement pour l’inflation entre 1992 et 2013. Basé sur un échantillon de 1 122 grandes fondations aux États-Unis, l’article sur les fondations estime que leur financement des arts et de la culture correspond à 10 % du financement global accordé par les fondations.