Arts Research Monitor articles, category = Benefits / impacts / outcomes of the arts

(The Social Effects of Culture: A Literature Review)

Cet examen de l’état des recherches, qui porte sur des publications de langue anglaise parues depuis 2000 sur les effets autres qu’économiques de la culture, fait état d’un « déluge de parutions récentes attestant des effets (le plus souvent positifs) de la mobilisation et de l’intérêt pour les arts, et dans une moindre mesure, pour le patrimoine ».

(Social Impacts and Benefits of Arts and Culture: A Literature Review)

Ce rapport « se veut un état des recherches en matière de théorie, de données probantes, de cadres de mesures et d’indicateurs » des bienfaits sociaux de la culture. La revue constate une « abondance de preuves sur les effets positifs des arts et de la culture dans la société », tout en notant l’absence de « consensus sur la façon de mesurer les résultats ».

(A Review of Research Related to the Benefits of Arts Engagement)

Ce rapport succinct s’intéresse à quelques études sur les avantages sociaux et économiques du soutien pour les arts. Il constate que « les gens tirent de nombreux avantages d’un milieu artistique et culturel dynamique dans leur collectivité et que participer ou s’intéresser aux activités artistiques et culturelles a certains effets positifs sur le bien-être individuel ».

(Artful Living: Examining the Relationship between Artistic Practice and Subjective Wellbeing Across Three National Surveys)

Ce rapport indique qu’il existe « de nombreuses preuves qu’une pratique artistique est associée à une satisfaction de vivre supérieure, une image de soi positive, une réduction de l’anxiété autour du changement, une plus grande tolérance et une ouverture envers la diversité des autres ainsi que dans certains cas, à un désintérêt pour les valeurs du matérialisme et l’acquisition de biens ». En général, les ensembles de données reflètent des pratiques artistiques des amateurs plutôt que des professionnels des arts.

En se basant sur la perspective du produit de Statistique Canada, les retombées économiques directes des produits culturels s’élevaient à :

  • 56 millions de dollars au Yukon, ou 2,1 % du PIB territorial
  • 76 millions de dollars aux Territoires du Nord-Ouest, ou 1,7 % du PIB territorial
  • 48 millions de dollars au Nunavut, ou 2,0 % du PIB territorial

En se basant sur la perspective du produit de Statistique Canada, les retombées économiques directes des produits culturels s’élevaient à :

  • 543 millions de dollars au Nouveau-Brunswick, ou 1,7 % du PIB provincial
  • 874 millions de dollars en Nouvelle-Écosse, ou 2,3 % du PIB provincial
  • 108 millions de dollars à l’Île-du-Prince-Édouard, ou 1,9 % du PIB provincial
  • 414 millions de dollars à Terre-Neuve-et-Labrador, ou 1,4 % du PIB provincial

En se basant sur la perspective du produit de Statistique Canada, les retombées économiques directes des produits culturels s’élevaient à 25,7 milliards de dollars en Ontario en 2016, ou 3,5 % du PIB provincial. Au Québec, les retombées économiques directes des produits culturels s’élevaient à 11,0 milliards de dollars en 2016, ou 3,0 % du PIB provincial.

En se basant sur la perspective du produit de Statistique Canada, les retombées économiques directes des produits culturels en 2016 s’élevaient à  :

  • 7,2 milliards de dollars en Colombie-Britannique, ou 2,9 % du PIB provincial
  • 5,3 milliards de dollars en Alberta, ou 1,7 % du PIB provincial
  • 915 millions de dollars en Saskatchewan, ou 1,3 % du PIB provincial
  • 1,6 milliard de dollars au Manitoba, ou 2,5 % du PIB provincial

En se basant sur la perspective du produit, Statistique Canada estime que les retombées économiques directes des produits culturels s’élevaient à 53,8 milliards de dollars au Canada en 2016, ou 2,8 % du PIB. L’estimation des emplois était de 652 400 en 2016, ou 3,5 % des 18,5 millions d’emplois au pays.

Le rapport récent de Statistique Canada Indicateurs provinciaux et territoriaux de la culture, 2016 (IPTC) propose des estimations des retombées directes sur l’économie et l’emploi des arts, de la culture et du patrimoine, semblable au compte satellite de la culture (CSC) de 2010 et 2013. Comme les estimations des IPTC en 2015 et 2016 sont basées sur des projections économiques, elles ne sont pas aussi précises que les données de 2010 à 2014 (que l’on peut interpréter comme des données « réelles » et non des « prévisions »).