Arts Research Monitor articles, category = Museums, galleries, visual arts and heritage

(Culture for Competitiveness: How Vibrant Culture Attracts Top Talent)

Ce rapport examine la perception de l’attractivité des arts et des collectivités en se fondant sur des enquêtes auprès de 500 travailleurs professionnels situés en Ontario et de 508 entreprises ontariennes comptant plus de 20 employés. Du côté des travailleurs professionnels, 65 % des répondants conviennent qu’un « milieu culturel dynamique des arts fait partie de ce que je recherche lorsque je déménage dans une nouvelle collectivité » (31 % sont d’accord et 34 %, assez d’accord). On est du même avis du côté des entreprises, puisque 64 % d’entre elles estiment qu’un « milieu culturel dynamique des arts est quelque chose qui attire (ou qui pourrait attirer) des talents dans la collectivité » (35 % sont d’accord et 29 %, assez d’accord).

Guide pour le développement et la prestation de programmes accessibles et inclusifs par les organismes artistiques et culturels (The Art of Inclusion – Seven Steps)

Conçu au départ pour les expériences d’éducation artistique de la Collection McMichael d’art canadien, ce guide décrit « les sept étapes qui mènent à des programmes accessibles et inclusifs » qui peuvent « s’avérer avantageux pour le public et l’établissement ». Le guide souligne que des programmes accessibles sont « plus que des installations physiques », et des programmes inclusifs sont « plus que le partage d’un espace ».

(Free admission days do not actually attract underserved visitors to cultural organizations)

Basé en grande partie sur des données de 48 organismes culturels qui proposent régulièrement des jours où l’entrée est gratuite, cet article maintient que « les jours d’entrée gratuite ont souvent des résultats tout à fait contraires à leur mission », dans le sens où elles ont tendance à attirer des individus à revenu élevé qui auraient probablement visité de nouveau l’organisme de toute façon.

Ce n’est pas seulement le prix d’entrée qui empêche les pauvres et les gens moins scolarisés de fréquenter des activités artistiques

Cet article, qui est basé sur une foule de rapports et de sources de données, postule « qu’il y a une proportion significative de personnes défavorisées économiquement qui ne saisissent pas l’occasion de s’exposer aux arts, même lorsqu’il n’y a pas d’obstacle de temps ou d’argent ». De plus, l’article avance que « l’absence d’un intérêt explicite est de loin le facteur dominant qui éloigne les populations de condition socioéconomique inférieure des activités artistiques ». Une condition socioéconomique inférieure correspond « aux personnes qui ont tout au plus un diplôme d’études secondaires et qui sont dans la moitié inférieure de la répartition de revenus aux États-Unis ».

(The Changing Landscape of Arts Participation)

Cet examen de la documentation, créé dans le cadre d’une étude sur la participation aux arts en Californie, explore les modes de participation, les participants, les endroits où ont lieu les activités artistiques ainsi que les motivations de la participation et les obstacles à celle-ci.

(When Going Gets Tough: Barriers and Motivations Affecting Arts Attendance)

Basé sur l’enquête sociale générale des États-Unis de 2012, ce rapport propose un examen détaillé de la motivation des personnes qui assistent à des activités artistiques (les 54 % d’Américains qui ont assisté à au moins une exposition ou un spectacle au cours de l’année précédente) et les obstacles auxquels sont confrontés les « non-participants intéressés » (les 13 % qui n’ont pas assisté à une exposition d’arts visuels ou à un spectacle sur scène au cours de l’année précédente, mais qui ont désiré le faire).

Les données de CADAC pour comprendre les arts canadiens

Basé sur les données financières et statistiques soumises au CADAC (Canadian Arts Data / Données sur les arts au Canada), ce rapport décrit les finances et les activités de 75 centres d’artistes autogérés « qui reçoivent des subventions de la part du Service des arts visuels du Conseil des arts du Canada ». En 2013, les 75 centres d’artistes autogérés avaient des revenus de fonctionnement d’environ 18 millions de dollars, dont 73 % provenant de sources gouvernementales (y compris 42 % du Conseil des arts du Canada), 15 % des collectes de fonds auprès du secteur privé et 11 % des revenus gagnés.

Les données de CADAC pour comprendre les arts canadiens

Ce rapport examine les finances et les activités de 77 musées et galeries d’art publics « qui reçoivent des subventions récurrentes de la part du Service des arts visuels du Conseil des arts du Canada ». Il se fonde sur les données financières et statistiques soumises au CADAC (Canadian Arts Data / Données sur les arts au Canada). En 2013, les 77 musées et galeries d’art avaient des revenus de fonctionnement totaux de 245 millions de dollars, dont 45 % provenaient de sources publiques (toutes les sources et non seulement le Conseil des arts du Canada), 26 % de revenus gagnés, 20 % de collectes de fonds auprès du secteur privé et 9 % d’autres sources.

(Paying Artists: Valuing Art, Valuing Artists)

Contrairement à quelques autres pays dont le Canada, il n’y a pas de barème de droits au Royaume-Uni pour les artistes visuels lors de l’exposition de leurs œuvres dans des musées d’art. La campagne Paying Artists (« Payer les artistes »), qui tente d’y remédier, a produit une série de rapports de recherches à ce sujet. Le rapport Phase 1 Findings résume les résultats d’un sondage réalisé en 2013 auprès de 1 061 artistes.

Une analyse des antécédents scolaires des artistes actifs et des activités des diplômés des programmes d’art sur le marché du travail au Canada

Fondé sur les données de l’Enquête nationale auprès des diplômés de 2013 et de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011, ce rapport examine la situation sur le marché du travail des diplômés des arts ainsi que la formation postsecondaire des artistes au Canada.